Les comptes d’EDF se mettent au vert

 Les comptes d’EDF se mettent au vert

Via la-croix.com

Lors de la présentation des résultats 2019 du groupe, vendredi 14 février, Jean-Bernard Lévy, le président d’EDF a longuement insisté sur « l’accélération du développement dans les énergies renouvelables » et, finalement, a assez peu parlé de nucléaire. Une stratégie de communication ? Sans doute, mais pas seulement.

Une bonne performance dans les renouvelables

L’énergéticien a publié des résultats en forte hausse, portés par la remontée des prix de l’électricité en Europe et la bonne tenue de ses parcs de production d’énergies renouvelables, malgré la baisse de la production des barrages verts, pour cause de sécheresse. Son excédent brut d’exploitation (Ebitda) a progressé de 12 % à 16,7 milliards d’euros, dans le haut de la fourchette prévue.

Le chiffre d’affaires a progressé de 3,5 %, à 71,3 milliards d’euros. Le bénéfice net a été multiplié par 4,4 à 5,2 milliards d’euros, mais la moitié de cette augmentation est liée… à la Bourse. Les nouvelles normes comptables impliquent en effet de revoir la valeur des actifs dédiés (le portefeuille investi dans d’autres sociétés pour couvrir le démantèlement futur des centrales) compte tenu de la bonne performance des marchés financiers l’an dernier.

Accélération dans les énergies vertes

Côté renouvelables, EDF appuie sur l’accélérateur. « Nous sommes les premiers en Europe et au cinquième rang dans le monde », assure Jean-Bernard Lévy.

Dans l’éolien terrestre et le solaire, les capacités mises en construction ont doublé en 2019, par rapport à l’année précédente, pour atteindre 4,4 gigawatts. Dans l’éolien offshore, plus de 2 GW sont en développement ou en chantier, notamment en mer du Nord. En France, les travaux du parc au large de Saint-Nazaire (480 MW) devraient se terminer à la fin de l’année.

Pour son plan solaire, dont la principale difficulté est de trouver des terrains, le groupe estime avoir déjà sécurisé 2 000 hectares, et 500 MW ont déjà été installés. Entre 2020 et 2028, le groupe compte développer en moyenne 1 GW par an.

Le groupe pousse également les feux sur la mobilité électrique et se présente comme le premier exploitant en Europe de réseau de bornes électriques : 75 000 ont déjà été déployées et 250 000 sont prévus en 2022. EDF a d’ailleurs annoncé, jeudi 13 février, son « investissement le plus important » sur ce marché de la mobilité électrique avec la reprise du britannique Pod Point, spécialisée dans la recharge de véhicules électriques au Royaume-Uni.

Le poids de la dette

Reste malgré tout, l’endettement financier qui grimpe fortement. Il est passé de 33,4 milliards fin 2018 à 41,1 milliards d’euros fin 2019, sous l’effet de l’application de normes comptables, mais aussi des investissements dans le nucléaire Outre-Manche et du déploiement des compteurs Linky.

« Notre dette n’a pas vocation à éternellement augmenter », souligne Jean-Bernard Lévy, en rappelant « qu’une grande partie est constituée d’actifs qui ne rapportent pas pour l’instant », comme les EPR de Flamanville et de Grande-Bretagne, actuellement en construction.

Un projet de réorganisation de l’entreprise

Mais selon lui, la réduction de l’endettement passe aussi par la mise en place d’une nouvelle régulation du nucléaire (appelée Arenh). Aujourd’hui, le groupe est obligé de mettre à la disposition de ses concurrents un quart de sa production nucléaire à un prix fixe, et jugé trop bas (42 €/MWh). Le gouvernement planche sur une refonte du système, mais doit obtenir l’aval de la Commission européenne.

« Nous espérons que dans les mois ou l’année qui vient, une solution va être mise en œuvre », a indiqué Jean-Bernard Lévy, en estimant que c’est indispensable pour EDF et la transition énergétique. Cette réforme serait le préalable ensuite à la une réorganisation de l’entreprise, dont un premier projet, intitulé « Hercule », avait été présenté l’an dernier.

Les comptes d’EDF se mettent au vert

Related post

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *